Collectif Genre, santé et environnement

Créé par quatre groupes communautaires et trois instituts de recherche, le Collectif Genre, santé et environnement mène des projets de recherche, de formation et d’action sur des thématiques à l’intersection du genre, de la santé et de l’environnement.  
Plus spécifiquement, il vise à : 

  • analyser les procédés scientifiques et à relever les iniquités en recherche et les « zones oubliées » de la connaissance; 
  • s’interroger sur la prise (ou non) de parole des femmes dans l’espace public sur les problématiques d’environnement et de santé; 
  • à prendre en compte la manière dont sont reproduites les inégalités sociales et de genre dans les discours et pratiques en santé et environnement. 

 Membres 

Subvention CRSH – Partenariat (2020-21)

Titre : Inégalités sociales et de genre en temps de pandémie

Membres de l’équipe

Chercheuses, chercheur
Johanne Saint-Charles (cp), Communication sociale et publique, UQAM
Stéphanie Yates, Communication sociale et publique, UQAM
Isabelle Plante, Santé Biotechnologie, INRS-Armand-Frappier
Mathieu Philibert, Sexologie, UQAM
Marie Larocque, Sciences de la terre et de l’atmosphère, UQAM

Partenaires
Réseau des femmes en environnement (Caroline Voyer, France Levert)
Action Cancer du sein (Jennifer Beeman)
Relais-Femmes (Julie Raby)
Filles d’action (à confirmer)

Description brève
La crise de la covid-19 a pour effet de révéler des inégalités sociales et de genre dans les milieux de travail considérés comme “services essentiels”. Le présent projet vise à mettre en lumière de telles inégalités chez les caissières et caissiers travaillant dans les commerces d’alimentation. Au Québec, le métier de caissières ou caissiers est occupé par des femmes à plus de 80 % dont plusieurs sont des femmes racisées. Ce métier est caractérisé par un horaire atypique, une grande précarité d’emploi, le travail à temps partiel, un faible salaire, une posture debout statique génératrice de troubles musculo-squelettiques et un taux de syndicalisation relativement faible.
Ce projet est réalisé par des chercheuses et chercheurs en sciences sociales, de la santé et de la nature en collaboration avec quatre groupes partenaires.
Il vise à comprendre, dans un premier temps, comment les caissières et caissiers perçoivent les changements à leurs conditions de travail en lien avec la COVID-19 en regard : a) du stress, de l’anxiété et des relations sociales; b) de la charge de travail et c) de l’exposition aux produits de nettoyage. Dans un deuxième temps, nous souhaitons repérer quelles propositions de modifications ces personnes sont en mesure d’apporter.

Activité

10 mars 2020 | en collaboration avec le Coeur des Sciences (UQAM)
Projection-discussion “Toxic Beauty” : projection de la version sous-titrée en français du documentaire de Phyllis Ellis, suivie d’une discussion avec Jennifer Beeman, directrice Action Cancer du Sein Québec. Sociologue de formation, elle s’intéresse plus particulièrement à la santé des femmes et à la santé environnementale; Isabelle Plante toxicologue environnementale à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS). Ses recherches portent, entre autres, sur l’impact des polluants environnementaux sur le développement du cancer du sein; Lourdenie Jean, militante féministe et animatrice du blogue “L’environnement, c’est intersectionnel!” Ses interventions portent sur l’inclusion de la voix des femmes racisées et de la voix populaire dans la lutte contre les injustices environnementales. 

Contact : collectif.gse@gmail.com  

Institut Santé et société

L’Institut Santé et société de l'UQAM vise à favoriser le développement de la recherche en santé et société et à en accroître la visibilité.

Suivez-nous

Coordonnées

Institut Santé et société
Pavillon J.-A.-Desève
320, rue Sainte-Catherine Est
Local DS-4202
Montréal H2X 1L7