Collectif Genre, santé et environnement

En 2019, sous l’impulsion de Johanne Saint-Charles, directrice de l’Institut Santé et société, des groupes communautaires et des instituts universitaires ont créé le Collectif Genre, santé, environnement qui mène des projets de recherche, de formation et d’action sur des thématiques à l’intersection du genre, de la santé et de l’environnement.  


Plus spécifiquement, il vise à : 

  • analyser les procédés scientifiques et à relever les iniquités en recherche et les « zones oubliées » de la connaissance; 
  • s’interroger sur la prise (ou non) de parole des femmes dans l’espace public sur les problématiques d’environnement et de santé; 
  • à prendre en compte la manière dont sont reproduites les inégalités sociales et de genre dans les discours et pratiques en santé et environnement. 

 Membres 

Projets et recherches

Synthèse de connaissances sur la notion renouvelée de charge mentale: évidences et invisibilités sur la santé et le bien-être des femmes

Synthèse de connaissances sur la notion renouvelée de charge mentale: évidences et invisibilités sur la santé et le bien-être des femmes

En septembre 2022, le Collectif Genre, santé et environnement a démarré un nouveau projet participatif soutenu par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC).

Il s’agit d’une synthèse des connaissances visant à inventorier et à offrir une analyse critique des connaissances scientifiques et de pratique sur la charge mentale et ses effets sur la santé mentale des femmes. Si le concept occupe depuis peu davantage d’espace dans la sphère publique, les bouleversements sociaux, sanitaires, politiques et environnementaux du monde dans lequel nous vivons amène à repenser les contours de ce qu’est la charge mentale et comment elle est vécue par les femmes.

Si vous connaissez des écrits, vidéos, balados ou autres outils sur la charge mentale, partagez-les avec nous.

Trois objectifs spécifiques sont poursuivis :

  • Relever les facteurs constitutifs de la charge mentale chez les femmes
  • Identifier les indicateurs utilisés pour mesurer la charge mentale et évaluer ses effets sur la santé mentale
  • Dégager des pistes de solution (individuelles, sociales et politiques)

Notre démarche s’appuiera sur la littérature scientifique et des savoirs issus de milieux de pratique. Nous mobiliserons l’apport de collaboratrices et de participantes œuvrant au sein de groupes concernés par l’équité de genre et la justice environnementale.

La charge mentale “verte

L’urgence de la question environnementale engendre de nouvelles réflexions sur l’organisation contemporaine des activités humaines et l’empreinte de nos modes de vie sur la planète et le vivant dans son ensemble. Comme pour la gestion des risques de contamination durant la pandémie, la crise écologique ajoute à la charge mentale des femmes en raison de nouvelles tâches (par ex. : récupérer, réutiliser ou soutenir les enfants éco-anxieux) qui leur sont dévolues sur la base de leur genre ou de leur rôle de mère. Ces dernières sont souvent représentées comme « naturellement » plus sensibles aux questions environnementales ou « à l’avant-scène de l’action climatique ». À travers le monde, les femmes sont les principales responsables de la préparation des repas, de la gestion de l’eau, du travail domestique de santé et de l’éducation des enfants et apparaissent ainsi comme un groupe tout désigné par les actions écologiques individuelles. Cette assignation accentue la division sexuelle du travail et ajoute à la charge mentale expérimentée par les femmes.

Si vous connaissez des écrits, vidéos, balados ou autres outils sur la charge mentale verte, partagez-les avec nous.

Diffusion et mobilisation des connaissances

Un esprit de collaboration intégrée et intersectorielle est au cœur du processus de mobilisation des connaissances traversant l’ensemble des étapes de ce projet. Cette participation soutenue se poursuivra tout au long de la démarche de synthèse des connaissances, de la rédaction des résultats et des activités de diffusion et de mobilisation des connaissances recensées.

Pour garder le contact avec nous et recevoir des notifications sur nos activités de diffusion en 2023, partagez votre adresse courriel avec nous!

Membres de l’équipe

Chercheuse principale

  • Isabelle Courcy, sociologie, UdeM

Co-chercheuses

  • Mélanie Lefrançois, organisation et ressources humaines, UQAM 
  • Johanne Saint-Charles, communication sociale et publique, UQAM 
  • Jena Webb, agente de recherche et de planification, UQAM 

Assistant·es de recherche 

  • Émeraude Lapointe-Provost, Étudiante au doctorat en sciences des religions, UQAM 
  • Pacifique Bugingo, Étudiant au doctorat interdisciplinaire en santé et société, UQAM 

Le Collectif

  • Fondation filles d’action  
  • Réseau des femmes en environnement 
  • Action Cancer du sein du Québec 
  • Relais-Femmes 
  • Réseau d’action pour la santé des femmes 
  • Institut Santé et société 
  • Institut de recherches et d’études féministes 
  • Institut des sciences de l’environnement 

Enquête: Inégalités sociales et de genre - caissiers et caissières en temps de pandémie

ENQUÊTE EN COURS: Inégalités sociales et de genre – caissiers et caissières en temps de pandémie

Vous travaillez ou avez travaillé dans un commerce d’alimentation à titre de caissière ou caissier, commis ou autre ? Une équipe de recherche de l’UQAM et de l’INRS vous invite à leur partager les effets qu’ont eu les mesures sanitaires sur vos conditions de travail et votre santé en complétant le questionnaire suivant : 

Version française : https://sondage.uqam.ca/142492?lang=f

Le  temps de complétion est estimé de 15 à 25 minutes.

À propos de l’étude

Une équipe de recherche de UQAM | Université du Québec à Montréal et de INRS-Institut Armand-Frappier en collaboration avec le Collectif Genre, santé et environnement, documente l’impact de la COVID-19 sur la santé physique et mentale, sur la situation sociale et sur les conditions de travail des personnes ayant travaillé dans les commerces de détail considérés essentiels lors du confinement au Québec (épicerie, pharmacie, etc.).    

Cette enquête à été approuvée par le comité d’éthique de l’UQAM et est entièrement confidentielle.

Pour toute question concernant ce questionnaire, veuillez vous adresser à l’adresse courriel suivante: CRSH.Collectif@gmail.com

Enquête: Inégalités sociales et de genre en temps de pandémie

Subvention CRSH – Partenariat (2020-21)

Membres de l’équipe

Chercheuses, chercheur
Johanne Saint-Charles (cp), Communication sociale et publique, UQAM
Stéphanie Yates, Communication sociale et publique, UQAM
Isabelle Plante, Santé Biotechnologie, INRS-Armand-Frappier
Mathieu Philibert, Sexologie, UQAM
Marie Larocque, Sciences de la terre et de l’atmosphère, UQAM

Partenaires
Réseau des femmes en environnement (Caroline Voyer, France Levert)
Action Cancer du sein (Jennifer Beeman)
Relais-Femmes (Julie Raby)
Fondation filles d’action

Description brève
La crise de la covid-19 a pour effet de révéler des inégalités sociales et de genre dans les milieux de travail considérés comme “services essentiels”. Le présent projet vise à mettre en lumière de telles inégalités chez les caissières et caissiers travaillant dans les commerces d’alimentation. Au Québec, le métier de caissières ou caissiers est occupé par des femmes à plus de 80 % dont plusieurs sont des femmes racisées. Ce métier est caractérisé par un horaire atypique, une grande précarité d’emploi, le travail à temps partiel, un faible salaire, une posture debout statique génératrice de troubles musculo-squelettiques et un taux de syndicalisation relativement faible.
Ce projet est réalisé par des chercheuses et chercheurs en sciences sociales, de la santé et de la nature en collaboration avec quatre groupes partenaires.
Il vise à comprendre, dans un premier temps, comment les caissières et caissiers perçoivent les changements à leurs conditions de travail en lien avec la COVID-19 en regard : a) du stress, de l’anxiété et des relations sociales; b) de la charge de travail et c) de l’exposition aux produits de nettoyage. Dans un deuxième temps, nous souhaitons repérer quelles propositions de modifications ces personnes sont en mesure d’apporter.

Activités scientifiques

Voir la liste des activités et événements du Collectif.


Contact : collectif.gse@gmail.com  

Institut Santé et société

L’Institut Santé et société de l'UQAM vise à favoriser le développement de la recherche en santé et société et à en accroître la visibilité.

Suivez-nous

Coordonnées

Institut Santé et société
Pavillon J.-A.-Desève
320, rue Sainte-Catherine Est
Local DS-4202
Montréal H2X 1L7